Symptômes du cancer du poumon

Sommaire

Les symptômes du cancer du poumon sont les signes permettant de détecter ce type de maladie. En effet, il n'existe pas de dépistage automatique à ce jour. Lorsqu'il y a un doute, il faut passer par une étape de diagnostic pour vérifier et, le cas échéant, catégoriser le cancer. Malheureusement, le pronostic lié à cette pathologie est très sombre.

Premiers symptômes du cancer du poumon : troubles respiratoires

Bien que les symptômes qui accompagnent le cancer du poumon puissent être nombreux et variés, on retrouve principalement des troubles respiratoires.

Parmi eux, les plus fréquemment observés sont :

  • la toux chronique ;
  • les expectorations mêlées de sang ;
  • des bronchites chroniques ;
  • un essoufflement ;
  • une respiration sifflante ;
  • parfois un enrouement ;
  • parfois de graves pathologies respiratoires telles qu'un pneumothorax ou une pneumonie.

Bon à savoir : les cancers du poumon peuvent aussi rester asymptomatiques pendant très longtemps.

Autres symptômes : douleurs localisées

Les douleurs constituent également d'importants symptômes du cancer du poumon, notamment lorsqu'elles se situent au niveau :

  • du thorax (en cas de cancer, elles seront constantes et augmentées à la toux ou à la respiration profonde) ;
  • de l'épaule (en cas de tumeur au poumon localisée dans sa partie supérieure et comprimant les nerfs) ;
  • des maux de tête (en cas d'atteinte cérébrale surtout) ;
  • aux os lorsqu'il s'agit d'un cancer avancé avec des métastases osseuses.

Symptômes divers du cancer du poumon

Outre les troubles respiratoires et les douleurs qu'il est susceptible de générer, le cancer du poumon peut se manifester par de nombreux autres signes. On peut, par exemple, retrouver :

  • les signes généraux d'un cancer tels que :
    • une importante fatigue,
    • une perte d'appétit (souvent causée par une aversion alimentaire due à la stimulation d'une zone du cerveau, l'area postrema, proche du centre du vomissement),
    • une perte de poids anormale de 5 à 10 % chez 20 % des patients et supérieure à 10 % chez 15 % des patients ;
  • des troubles de la déglutition (difficultés à avaler) ;
  • un syndrome de Horner (qui se traduit par une violente douleur à l'épaule, des troubles oculaires et de la transpiration sur un côté du visage) ;
  • une pleurésie avec épanchement pleural malin ;
  • une jaunisse en cas d'atteinte hépatique ;
  • des troubles neurologiques (principalement liés aux atteintes cérébrales) avec entre autres :
    • des paresthésies (engourdissements) au niveau des membres,
    • des vertiges,
    • des crises d'épilepsie,
    • une faiblesse généralisée ;
  • un gonflement des ganglions lymphatiques du cou et de la clavicule.

Syndrome paranéoplasique parmi les symptômes du cancer du poumon

Le cancer du poumon à petites cellules est un cancer qui a tendance à engendrer un syndrome paranéoplasique. Il s'agit d'un ensemble de symptômes liés à la perturbation des organes en raison de la libération de substances par les cellules cancéreuses. Le syndrome paranéoplasique reste cependant un phénomène secondaire puisqu'il apparaît dans moins de 10 % des cancers.

Ce syndrome, lorsqu'il apparaît au cours d'un cancer du poumon, se traduit par :

  • une arthrite (syndrome de Pierre Marie ou ostéoarthropathie hypertrophiante) caractérisée par :
    • une inflammation des articulations,
    • des douleurs osseuses dues à un épaississement du périoste (tissu qui recouvre les os),
    • un développement excessif (parfois douloureux) des os des doigts (hippocratisme digital) ;
  • une hypercalcémie (taux de calcium sanguin anormalement élevé) qui entraîne :
    • des troubles de la coordination,
    • une faiblesse musculaire,
    • une augmentation de la pression artérielle,
    • des nausées et des vomissements ;
  • un syndrome de Cushing (taux de cortisol sanguin trop élevé) qui se traduit entre autres par :
    • un visage rouge et gonflé ;
    • une bosse de bison (masse graisseuse au niveau du cou),
    • des troubles nerveux (perte du sommeil, appétit augmenté, fatigue nerveuse...),
    • des troubles cutanés (chute des cheveux, acné, augmentation de la croissance des poils...).

À noter : le syndrome paranéoplasique apparaît généralement avant la tumeur et a tendance à disparaître au cours du traitement du cancer du poumon puis à réapparaître en cas de récidive.

Ces pros peuvent vous aider