Prévention du cancer du poumon

Sommaire

La prévention du cancer du poumon constitue un enjeu majeur, puisque cette pathologie figure parmi les cancers les plus mortels dans le monde. Si un patient est déjà atteint, il sera important de prévenir cette fois-ci les récidives de la maladie.

Première prévention du cancer du poumon : cesser de fumer

Prévenir le cancer du poumon consiste avant toute autre chose à cesser de fumer. En effet, le tabac est la cause de 90 % des tumeurs aux poumons et ne pas fumer diminue grandement les risques de développer un cancer plus tard.

Le tabac joue également un rôle dans l'apparition de 17 autres types de cancers dont les cancers de la bouche, du larynx, de l’œsophage, de la vessie et du pancréas. Au final, le tabac est à lui seul responsable de 18 % des cancers diagnostiqués et de 34 % des cancers évitables.

Pour les consommateurs de tabac, arrêter de fumer permet :

  • de voir les risques de cancer diminuer de 50 % au bout de 5 ans ;
  • après une douzaine d'années d'arrêt, que le risque devienne identique aux personnes n'ayant jamais consommé de tabac.

En amont, l'idéal est bien entendu de ne jamais commencer à fumer. Dans le même ordre d'idée, il faut faire en sorte d'éviter d'être victime de tabagisme passif tout aussi nocif pour la santé.

À noter : le tabac constitue la première cause de mortalité évitable en France avec 78 000 décès chaque année, dont 47 000 causés par des cancers (suivi de près par l'alcool).

Limiter les facteurs de risque pour prévenir le cancer du poumon

Outre le tabac, la prévention du cancer du poumon passe par éviter les facteurs de risques tels que :

  • l'amiante (il faut faire attention dans le cadre du travail et faire désamianter son habitation par un professionnel) ;
  • le radon (en aérant son logement, en rénovant les planchers des sous-sols, etc.).

Certains métiers (du bâtiment, manipulant des substances cancérigènes...) doivent être particulièrement vigilants et respecter des normes de sécurité.

La prévention du cancer du poumon par l'alimentation

L'alimentation joue un rôle important dans l'apparition des cancers. Il est donc possible de limiter les risques de cancer en ayant une alimentation équilibrée.

Il est recommandé de consommer au moins 5 fruits et légumes par jour, en particulier :

  • ceux qui sont riches en vitamine A et en provitamine A (bêta-carotène) tels que :
    • les fruits et légumes orange comme les carottes, les patates douces, les abricots, les mangues,
    • les légumes de couleur vert foncé (épinards) ou le persil ;

À noter : l'apport en provitamine A doit provenir de l'alimentation car la supplémentation en bêtacarotène est associée à une augmentation du risque de cancer du poumon chez les fumeurs et ex-fumeurs indique la fiche repère « Nutrition et prévention des cancers » de l'Institut national du cancer de décembre 2019.

  • les crucifères :
    • les choux (brocolis, chou-fleur, chou de Bruxelles, chou blanc, chou rouge...),
    • les navets,
    • les radis, etc.

Pour un effet plus spécifique contre le cancer du poumon, la consommation de vitamines du groupe B (notamment B6, B9 et B12) semble particulièrement intéressante. De même, la consommation d'oligo-éléments et plus particulièrement de zinc et de fer alimentaire joue un rôle positif en diminuant le risque de développer un cancer bronchique.

Bon à savoir : les risques de développer un cancer du poumon seraient diminués de 77 % chez les personnes en bonne condition physique (source : étude publiée en ligne dans la revue Cancer), mais on constate aussi que le surpoids et l’obésité sont associés à une diminution probable de la mortalité (globale et spécifique) chez les patients atteints de cancer du poumon (source : Institut national du cancer, 16 octobre 2020).

La prévention du cancer du poumon passe par le dépistage

Bien qu'aucun dépistage du cancer du poumon systématique ne soit instauré, il est important de consulter son médecin ou son pneumologue dès l'apparition de symptômes inhabituels tels que :

  • des troubles respiratoires (essoufflement, toux chronique, etc.) ;
  • des douleurs thoraciques.

À noter : un nouveau test de dépistage permet désormais de détecter un cancer (pulmonaire ou autre) grâce à une simple prise de sang, avant même l'apparition du moindre symptôme.

Aussi dans la rubrique :

Traitements et prévention du cancer du poumon

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider