Vivre avec un cancer du poumon

Sommaire

Lorsqu'un patient apprend qu'il est atteint du cancer du poumon, passé le choc du diagnostic, s'enclenche tout un processus de traitement. Avant, pendant et après le traitement, il doit alors apprendre à vivre avec un cancer du poumon.

Vivre avec un cancer du poumon juste après le diagnostic

Lorsqu'on annonce à un patient qu'il est porteur d'un cancer du poumon, cela constitue nécessairement un choc, tant pour lui que pour son entourage. Heureusement, il existe des aides sur lesquelles les patients peuvent compter pour les aider à mieux traverser les jours pénibles à venir. Cela est essentiel car plus le patient sera impliqué dans son traitement et plus il sera combatif, plus les traitements seront efficaces et les chances de guérison importantes.

Il faut tout d'abord ne pas hésiter à se faire soutenir psychologiquement. Pour cela, il est possible de faire appel :

  • À des psychologues spécialisés : les psycho-oncologues. Ces professionnels sont présents dans les services de cancérologie hospitaliers pour écouter, conseiller et échanger avec les patients et leurs proches.
  • À des assistantes sociales qui peuvent conseiller sur les démarches à effectuer auprès de l'Assurance maladie et des aides propres au cancer auxquelles il est possible de prétendre (par exemple, pour obtenir une reconnaissance de maladie professionnelle le cas échéant, ce qui ouvre des droits spécifiques).
  • À des associations de patients. Elles disposent de permanences téléphoniques et organisent des rencontres pour que les patients et leur entourage puissent dialoguer avec des personnes qui traversent la même épreuve.

Bon à savoir : il est possible de se renseigner auprès de l'Association pulmonaire du Canada ou auprès de la Ligue nationale contre le cancer sur Internet.

Vivre avec un cancer du poumon pendant le traitement

Il n'est pas évident de vivre avec un cancer du poumon, même lorsque celui-ci est correctement pris en charge par le pneumologue, le chirurgien, l'oncologue, le radiothérapeute, l'anesthésiste, les infirmiers, etc. Mais les traitements peuvent s'avérer très lourds, douloureux et aux effets secondaires parfois pénibles.

Il faut donc faire appel à toutes les aides qui existent pour soutenir les patients :

  • médecins spécialistes de la douleur pour atténuer les effets secondaires des lourds traitements du cancer du poumon ;
  • kinésithérapeutes pour aider à respirer correctement ;
  • nutritionnistes et diététiciens pour faire face aux troubles alimentaires (le risque de diabète est sensiblement augmenté dans les deux ans qui suivent un diagnostic de cancer pulmonaire) ;
  • le site www.tabac-info-service.fr et la ligne téléphonique 39 89 permettent de bénéficier d'un suivi personnalisé d'une équipe de tabacologues qui aide les patients à procéder à leur sevrage tabagique, ce qui est essentiel dans le cadre d'un traitement du cancer du poumon (selon une étude du Centre international de recherche sur le cancer, le bénéfice de l’arrêt du tabac est significatif, même après diagnostic, puisqu'il augmente d'environ 22 mois l'espérance de vie comparativement aux patients qui continuent de fumer).

Bien entendu, le patient peut se faire accompagner aux séances de traitement par un proche qui va pouvoir le soutenir aussi bien psychologiquement que physiquement (par exemple, en le véhiculant du domicile à l'établissement hospitalier).

Bon à savoir : un récent rapport du Bureau régional de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’Europe montre que le fait d’écouter de la musique ou de réaliser des créations artistiques peut réduire les effets secondaires des traitements anticancéreux. 

Vivre avec un cancer du poumon après le traitement

Suite au traitement, les patients doivent continuer à rester vigilants. Même s'ils n'ont plus à vivre avec un cancer du poumon à proprement parler, les risques de récidives existent. Ainsi, les principes suivants seront à respecter :

  • Une surveillance doit être mise en place.
  • Un calendrier précisant la durée du suivi est établi par le médecin qui reste en contact avec les différents professionnels de santé impliqués.
  • Le patient doit respecter assidûment le rythme des consultations et des examens.
  • Il doit par ailleurs poursuivre ses efforts pour arrêter de fumer, le médecin pouvant également intervenir pour le conseiller dans cette démarche.

Au cours de cette période, le patient doit encore prêter attention aux signes qui peuvent l'amener à consulter rapidement un spécialiste en dehors des rendez-vous programmés.

Depuis décembre 2020, il est possible de prescrire un ensemble de bilans et de consultations aux patients bénéficiant d’une ALD dans le cadre de leur parcours de soins global après le traitement d’un cancer. Ce parcours comprend notamment un bilan fonctionnel et motivationnel d’activité physique adapté (APA), pouvant donner lieu à l’élaboration d’un projet d’activité physique adaptée.

Approches alternatives : un confort pour vivre avec un cancer du poumon

Aussi bien pendant qu'après le traitement, les patients peuvent se faire aider par certaines médecines alternatives qui peuvent apporter un certain confort. Les plus intéressantes dans cette optique seront :

  • l'homéopathie ;
  • l'acupuncture ;
  • l'hypnose ericksonienne ;
  • la sophrologie ;
  • l'ostéopathie ;
  • la kinésiologie ;
  • la naturopathie ;
  • les fleurs de Bach et la phytothérapie de manière générale ;
  • le décodage biologique des maladies (ou biodécodage).

Ces approches peuvent permettre de soulager des douleurs ou des effets secondaires, de réduire l'intensité du stress, etc. C'est également le cas du sport (de l'activité physique en général) qui a de nombreux effets positifs en cas de cancer.

Attention ! Aucune de ces médecines alternatives ne prétend se substituer aux traitements « classiques » approuvés par la médecine. Il est également essentiel de faire appel à des professionnels compétents capables de savoir dans quelle mesure leurs techniques peuvent ou non interagir avec les traitements anticancéreux engagés par ailleurs.

Aussi dans la rubrique :

Traitements et prévention du cancer du poumon

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider

Liens rapides