Traitement du cancer du poumon

Sommaire

Le traitement du cancer du poumon passe par plusieurs techniques possibles : la chirurgie, la chimiothérapie pour laquelle il faut tenir compte d'effets secondaires, la radiothérapie, l'immunothérapie, l'endoscopie bronchique et la plus rare greffe du poumon. Un vaccin est également à l'étude.

Les différentes méthodes pour le traitement du cancer du poumon

Le cancer du poumon peut être traité par différentes voies. En effet, il est possible de procéder à :

  • une chirurgie du cancer du poumon si le cancer du poumon est précoce et qu'il est possible de le retirer en totalité (notamment en cas de cancer du poumon non à petites cellules), ainsi, les cancers non épidermoïdes de stade localisé font l’objet d’une chirurgie dans 82 % des cas ;
  • une chimiothérapie du cancer du poumon (c'est-à-dire un traitement médicamenteux) seule ou en combinaison avec une chirurgie ou une radiothérapie, notamment pour les cancers bronchopulmonaires à petites cellules ;
  • une radiothérapie du poumon si la personne ne peut être ni opérée ni traitée par chimiothérapie ou en complément de ces deux approches ;
  • une immunothérapie avec le Keytruda® (pembrolizumab) dans le cadre du cancer du poumon bronchique non à petites cellules (dans un tiers des cas) car il est mieux toléré que la chimiothérapie et présente des très bons résultats en termes de survie (de 26 % en 2001 à 35 % en 2014) et d’allongement de l’espérance de vie ;
  • les thérapies ciblées en première ligne ou précocement pour les cancers du poumon ALK mutés ;
  • une endoscopie bronchique pour retirer une tumeur localisée ;
  • une greffe de poumon assez rarement et uniquement si le cancer est très localisé.

Depuis peu, un vaccin contre le cancer du poumon est à l'essai et semble avoir un avenir prometteur.

Choix de la méthode pour un traitement adapté du cancer du poumon

Pour déterminer quel est le meilleur traitement à adopter pour traiter un cancer du poumon, on s'intéresse :

  • au stade du cancer du poumon ;
  • aux choix du patient ;
  • à son état de santé général puisque celui-ci détermine la possibilité ou non de pratiquer une intervention chirurgicale.

Les méthodes de traitement ne sont pas forcément envisagées séparément :

  • On peut associer plusieurs traitements (par exemple, une chimiothérapie et une radiothérapie) notamment si une chirurgie ne peut pas être envisagée.
  • La chimiothérapie et la radiothérapie peuvent aussi venir compléter la chirurgie ; on parle alors de chimiothérapie et de radiothérapie adjuvantes. Il ne faut cependant pas oublier que les effets secondaires d'une chimiothérapie du cancer du poumon ne sont pas négligeables, ce qui peut faire réfléchir sur la pertinence de ce traitement.
  • Une association d’immunothérapie (avec le nivolumab) et de chimiothérapie en amont de la chirurgie se révèle très efficace pour diminuer les risques de rechute et améliorer la survie des patients.
  • De plus en plus, la thérapie ciblée remplace la chimiothérapie en traitement adjuvant car elle se montre beaucoup plus efficace avec un gain de 35 % en survie sans progression.
  • De même une curiethérapie (radiothérapie interne) peut être proposée en cas de tumeur bloquant les voies respiratoires.

Généralement, les différentes approches sont combinées afin d'avoir une action à la fois locale (sur le poumon) et générale pour traiter ou éviter les cancers du poumon métastasés.

Lire l'article

Aussi dans la rubrique :

Traitements et prévention du cancer du poumon

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider